Avertissements




commentaire : c'est par le biais de Twitter, qu'on a découvert cette collection originale (ici) de ce que le collectionneur nomme “avertissements fictionnels”, avertissements généralement situés en début de livre, dans lesquels l'auteur d'un roman explique que son histoire est une oeuvre de fiction, que les faits et personnages sont inventés, et que toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite... La chose est diversement exprimée, ainsi qu'on le découvre dans la collection de Michel Balmont ; elle est aussi parfois détournée, comme dans le Dimanche de la Vie de Queneau (“Les personnages de ce roman étant réels, toute ressemblance avec des individus imaginaires, serait fortuite”). Certains prennent plaisir à trouver à chaque fois une façon originale de tourner leur petit avant-propos, comme Fédéric Dard / Sans Antonio (ici dans Fleur de Nave vinaigrette) :

Sachant que la plupart de mes contemporains sont d'un tempérament bilieux, je prends soin, chaque fois que je publie un nouveau chef d'oeuvre, d'informer le lecteur que mes personnages sont imaginaires, fictifs et tout. Cette fois, la précaution me paraît superflue : qui donc, quel crâne plat, quel cerveau ramolli, irait supposer que les héros de ce livre sont réels ?
De même ses aspects historiques et géographiques n'échappent pas à la fantaisie de ma remarquable imagination. Toute ressemblance avec des personnes (fût-ce des empereurs) existantes ou ayant existé ne serait pas une coïncidence, mais un miracle.
« Fleur de Nave vinaigrette » n'est qu'une immense tarte à la crème que je vous balance à la frite pour rigoler.
J'espère que vous trouverez la crème assez fraîche et que vous comprenez la plaisanterie. Votre vieux : S.-A.

Sauf erreur de notre part, Gérard Genette ne traite pas de ces avertissements (en tout cas, il ne leur réserve pas une rubrique) dans son fameux Seuils.

Le reste du site de Michel Balmont, qui est apparemment prof de français, est plein de choses intéressantes (voir ici).


Et comme il est question de Twitter, on recommande au passage ce nouveau compte (ici) qui délivre des perles entendues ici et là dans le petit monde de l'édition, à la manière de ce que fait un Loïc Prigent avec la mode. L'auteur, qui affiche un certain nombre d'heures de vol au sein de différentes maisons, sait de quoi il parle.
Exemples :
« Le problème, Gérald, c’est pas votre manuscrit c’est votre haleine » ou « Non seulement vous avez un style de merde, mais en plus, c’est mal écrit ».

PS : Le double avertissement qu'on a reproduit est celui qui ouvre, sur deux pages, La Maison de rendez-vous d'Alain Robbe-Grillet. 

Commentaires

Articles les plus consultés